Archives de Tag: Renault

Le Single de la semaine 02: Groupement culturel Renault – Cadences (1973)

Encore cette fois ci on continu sur le volet social pour cette nouvelle chronique. Cette semaine le Milkyway Express fait un arrêt en France en 1973.  Voilà près de cinq courtes années que mai 1968 a, à tout jamais, changé le quotidien des Français. 9 millions de de personnes font grève durant près d’un mois, les étudiant et les lycéens sont dans la rue, aujourd’hui encore il difficile de mesurer l’impacte de mai 68 sur la société française.

L’un des moments marquant  fut sans doute la grève de l’usine de Rénault-Billancourt (92).  Construite en 1929 sur l’ile Seguin l’usine Renault fut à chaque grand mouvement syndicale le foyer central de la revendication ouvrière. Déjà  en 1936 les ouvrier de Billancourt après une grève d’une ampleur que la France avait rarement connue obtenait les premiers congés payés. Le 16 mai 1968 au soir les ouvriers votent la grève qui durera 33 jours. Durant cette période on occupe l’usine et on scande des idées révolutionnaires comme « l’Autogestion ». Malgré tout la CGT mène la grève et empêche l’extrême gauche d’infiltrer le mouvement. C’est à la mi-juin que le mouvement prend fin et de substantiels avantages seront offerts aux salariés. Mais bien que les chaines de production ont reprises leurs cadences, une partie des ouvriers trouve auprès de l’extrême gauche et de l’ultra gauche naissante une oreille attentive à leurs attentes.

Au début des années 70 il plane toujours un air de révolution sur la France, nous sommes dans les prolongements de mai 1968. Les mouvements sociaux se durcissent et les syndicats et les partis de la gauche traditionnelle sont totalement dépassés. Pompidou tant que la France le pouvait, achetait la paix sociale en accordant des augmentations salariales. Mais les manifestations deviennent de plus en plus violentes. En 1972 un ouvrier maoïste de Renault-Billancourt lié à la Gauche prolétarienne meurt lors d’une altercation avec un vigile de l’usine.

Le syndicalisme montre ses premières failles, incapable de dominer l’espace contestataire, il sombre. Un déclin qui ne fera que s’accélérer avec les deux chocs pétroliers. A l’image de l’industrie française, le paquebot Renault-Billancourt aussi prend l’eau et avec lui des décennies de luttes sociales. L’usine fermera ses portes en 1992.

C’est justement dans cette usine qu’un petit groupe de syndicalistes (pas trop occupés apparemment) produit ce 45 tours  que l’on pourrait qualifier de rock progressif à dominante gainsbourgeoise, je vous laisse écouter ! En tout cas ca fait oublier notre camarade gégé CGTiste depuis 25 ans toujours imbibé au vin chaud…

Ps: promis la prochaine fois ca sera une chronique de droite, le centrisme c’est une affaire d’équilibriste !

Pour écouter