Archives de Tag: Wave

L’album de la semaine 0: Antonio Carlos Jobim – Wave

Bienvenue à tous ! Étant un novice dans la blogosphère, j’ai dû chercher conseil auprès des vieux sages, des gens du « milieu » comme on dit, une de ces personnes très bien informés sur la question m’a dit l’autre jour « bonne idée mais, surtout, surtout: met de la musique avec des liens partout ! » (j’espère que cette personne aujourd’hui déchu de son blog se reconnaitra !) Bon… je n’avais pas vraiment d’idée sur le contenu du blog, mais ca devenait un peu plus clair il me fallait de la musique ! C’est donc pour l’inauguration du blog que je décrète publier un article chaque semaine où je présenterai un album coup de cœur.

Vous allez me dire: « ouais, on a le samedi le plus pourri depuis l’automne dernier et le gars nous pond un article sur un album de bossa nova, pas malin le bonhomme ! » et vous n’auriez pas vraiment tort… Quoi qu’il en soit cet album est une pure merveille et qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige rien ne m’empêchera de partager ce petit bijoux avec vous chers lecteurs.

Le Brésil est le pays de la bossa nova c’est à dire « une nouvelle manière »: une nouvelle manière de concevoir la musique dans les années 50 quand ses précurseurs (joao Gilberto, Stan Getz) créaient ce nouveau courant musical, mélange de samba et de jazz, c’était une réponse au cool jazz de Miles Davis, un symbole de l’émancipation de l’Amérique latine face à son voisin nord Américain. La bossa Nova n’est pas comme certains le pense une « musique d’ascenseur », c’est pour moi la manière dont le Brésil exprima son modernisme dans les années 50′, du temps où le président Kubitschek promettait « 50 ans de progrès en 5 ans », où Brasilia « ville du futur » naissait.

Nous sommes en juin 1967, alors que le Sgt Pepper’s commence sa conquête du monde, les jeunes,  eux, célèbrent le Summer of love dans le monde entier et De Gaule trouve le temps long dans sa citadelle 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré. Au Brésil une dictature militaire (made in CIA) s’installe dans l’avant-gardiste capitale Brasilia et c’est dans ce climat tendu que nait Wave. Antonio Carlos Jobim,  son créateur l’a voulut comme un hymne à la « coolitude », c’est une œuvre marquée par un romantisme désuet,  menacé par la vague des sixities. Ce disque c’est la décadence, mélancolie des jours passés face à 1967 année du changement, aucun retour en arrière possible: le monde se prépare à la turbulente 1968. Wave nous fait vivre ces derniers instants de calme avant que la planète ne s’enflamme, 30 minutes de répit c’est ce que nous offre Jobim.

Maintenant imaginez, vous êtes sur un bateau dans la baie de Rio, un ciel bleu comme on en voit peu sous nos latitudes,  en face de vous Copacabana, tournez un peu la tète et là vous voyez le Corcovado perché sur son pain de sucre, une vrai carte postal, sur le bar un mojito bien glacé vous attends, vous prenez place sur votre transat et pendant les 30 minutes que dure l’album vous allez planez !

Acheter

Ecouter l’album entièrement avant de se décider

1. « Wave » – 2:58
2. « The Red Blouse » – 5:06
3. « Look to the Sky » – 2:20
4. « Batidinha » – 3:15
5. « Triste » – 2:04
6. « Mojave » – 2:23
7. « Dialogo » – 2:52
8. « Lamento » – 2:44
9. « Antigua » – 3:10
10. « Captain Bacardi » – 4:30

Quelques extraits: